Glossaire

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Mot Définition
Vaisseau

En architecture, un vaisseau? est l’espace intérieur d’un bâtiment le plus souvent voûté. Il est de plan allongé et son élévation correspond à plus d’un étage de l’édifice. Il ne faut pas confondre nef et vaisseau : la nef d’une église peut être constituée d’un seul vaisseau, mais aussi de plusieurs (vaisseau central et collatéraux).

Source

Vert

Couleur liturgique
C’est la couleur liturgique de la Férie, largement répandue lorsqu’il n’y a pas de solennités. Le vert? est peu employé dans le vestiaire ecclésiastique, sinon par les évêques, pour la doublure de leur chapeau prélatice, les cordons et les glands des chapeaux, prélatices et ordinaires et le cordon de la croix? pectorale.

Source : Dictionnaire des arts liturgiques XIXe - XXe siècle, Bernard Berthod, Élisabeth Hardouin-Fugier, les éditions de l’amateur

Vicaire

du latin vicarius : suppléant, assistant
Au sens habituel le mot est utilisé pour désigner, dans une paroisse, le collaborateur du curé?.

Source

Violet

Couleur liturgique
Le violet? est la couleur des vêtements liturgiques pendant les temps de pénitence? : avent?, temps de la septuagésime et carême?.
L’étole violette est portée par le prêtre? lors des exorcismes précédant le baptême?, du sacrement? de confession et de l’extrême-onction?.
Le violet est aussi la couleur de la prélature, évêques et membres des collèges ; c’est aussi une couleur de fonction telle que maître des Cérémonies de cathédrale? et de basilique, caudataires et officiers de la Chapelle? papale.
C’est également la couleur du costume de deuil et de pénitence des cardinaux. La nuance du violet varie en fonction de la proportion des deux couleurs de base, le rouge? et le bleu?. On trouve donc toute une gamme du violet depuis le bleu, très répandu jusqu’au début du XIXe siècle, jusqu’au mauve clair.

Source : Dictionnaire des arts liturgiques XIXe - XXe siècle, Bernard Berthod, Élisabeth Hardouin-Fugier, les éditions de l’amateur

Vitrail

Le vitrail? est une composition décorative formée de pièces de verre coloré.
Depuis le début du Moyen Âge, ces pièces sont assemblées par des baguettes de plomb. Ce procédé, bien qu’aujourd’hui toujours dominant, n’est pas le seul en usage : d’autres techniques, telles que celles du ruban de cuivre (aussi appelée méthode Tiffany, de son concepteur Louis Comfort Tiffany), de la dalle de verre enchassée dans le béton ou le silicone, de collages (avec des résines ou des polymères, et du vitrail à verre libre, peuvent être utilisées ou combinées. Un vitrail est appelé vitrerie lorsque son dessin est géométrique et répétitif (par exemple des losanges ou des bornes). La vitrerie est généralement claire et sans peinture.
Un vitrail et une vitrerie se réalisent suivant le même procédé en associant le plomb et le verre. Le verre utilisé est plan, d’une épaisseur variant entre 1,5 mm et 5 mm, et le plomb se présente sous forme de baguettes en forme de H couché. Les pièces de verre sont serties dans les plombs puis l’ensemble est maintenu définitivement grâce aux soudures réalisées à chaque intersection des plombs.

Source

Voile de calice

Grand voile carré qui doit être suffisamment ample pour recouvrir entièrement un calice? surmonté d’un purificatoire?, d’une patène? et d’une pale? et retomber sur un autel?, au moins par devant. Le voile de calice? est normalement en soie et, lorsqu’il fait partie d’un ornement, il est de la même matière que les autres éléments de l’ensemble. Généralement doublé et bordé d’un galon ou d’une petite dentelle métallique, le voile de calice peut comporter un motif au centre ou sur un des côtés.

Source

Voile huméral

Longue bande de tissu que l’on place sur les épaules et qui sert à couvrir les mains, lorsque l’on tient un objet sacré. Le voile huméral? comporte parfois à ses extrémités un crochet?, une agrafe ou des rubans, qui servent à le maintenir en place durant les cérémonies, lorsqu’il n’est pas utilisé.
Le voile huméral du Saint-Sacrement? est utilisé pour porter un ostensoir?, un ciboire? ou une custode? contenant le Saint-Sacrement, pendant sa bénédiction, pour le transport du viatique ou lors des processions ; il est en soie blanche, en drap d’or ou d’argent et mesure de 2 m à 3 m de long et de 60 cm à 1 m de large.
Le voile huméral pour un reliquaire? de la Vraie Croix? est semblable au précédent, mais en soie rouge? ; il est utilisé pour une bénédiction avec un reliquaire de la Vraie Croix.
Le voile huméral d’acolyte? ou vimpa est utilisé par les acolytes pour porter les insignes pontificaux du prélat? qu’ils assistent (bâton pastoral, mitre?, livre et bougeoir pontifical). C’est un voile léger, blanc?, en soie, long de 3,50 m environ et large de 25 cm, généralement sans ornement, sauf éventuellement une frange aux extrémités ; il comporte d’autres rubans placés vers le milieu pour qu’on puisse l’attacher autour du cou.
Le voile huméral du sous-diacre? ou voile de crédence? est en soie, de la couleur du temps liturgique, sauf le noir?, et habituellement sans ornement. Il est utilisé lors des messes solennelles, d’abord posé sur les objets placés sur la crédence, puis par le sous-diacre pour tenir le calice? et la patène?.
Le voile huméral pour les saintes huiles ou écharpe pour les saintes huiles est utilisé dans les cathédrales le Jeudi saint par les diacres et sous-diacres, pour porter les réserves aux saintes huiles. C’est un voile en toile de lin ou de chanvre, sans décor, souvent garni tout autour d’une petite dentelle d’or.
Le voile huméral pour le saint Chrême? est blanc ; le voile huméral pour l’huile des catéchumènes est vert?.

Source

Volute

Une volute? est un motif d’ornementation, constitué par un enroulement en forme de spirales, et utilisé notamment dans les chapiteaux ioniques et corinthiens. Le tracé des volutes s’exécute avec un compas, la volute la plus simple est formée de quatre quarts de circonférence se raccordant à l’une de leurs extrémités de part un rayon de plus en plus petit. Il existe plusieurs types de volutes :

  • Volute angulaire - L’axe d’épaisseur correspond à la diagonale du chapiteau? qui est décoré d’enroulements en volutes sur ses quatre faces.
  • Volute arasée - C’est une volute dont les rebords ou listel ne forme pas de saillies.
  • Volute à tige droite - C’est une volute qui prend naissance derrière l’abaque?.
  • Volute de console? - C’est une volute qui est fort saillante décorant sur le profil par des motifs d’ornementation des consoles de support.
  • Volute de modillon - C’est une volute à enroulements inégaux décorant les éléments du mordillons soutenant des entablements corinthiens.
  • Volute fleuronnée - C’est un profil de décoration du rinceau?. - En serrurerie c’est un motif de décoration en fer forgé, qui avec l’ajout de motifs de feuilles en tôle découpées, martelées ou repoussée assure la décoration des balustrades.

Source

  a