Glossaire

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Mot Définition
Sacrement

Acte symbolique (geste, parole), qui signifie une réalité invisible destinée à la sanctification des hommes. Dans le sacrement?, c’est Dieu qui agit par l’intermédiaire de son ministre (prêtre? ou diacre?). II existe sept sacrements : le baptême?, la confirmation? et l’eucharistie?, la pénitence? (réconciliation), l’onction des malades, l’ordre (par lequel on devient diacre, prêtre ou évêque) et le mariage?. Le baptême, la confirmation et l’eucharistie constituent "l’initiation chrétienne". Le sacrement du baptême, en cas d’urgence (danger de mort) peut être donné par tout baptisé.

Source

Sacristie

La sacristie? est l’annexe d’une église où le prêtre? se prépare pour célébrer la messe? ; on y conserve les ornements d’église et les vases sacrés. La personne chargée de la sacristie s’appelle le sacristin ou la sacristine. L’ancien nom pour désigner la sacristie est le revestuaire ou revestiaire.
La sacristie, comme son nom l’indique, est un lieu sacré où l’on se prépare aux cérémonies, où l’on garde les divers objets du culte.
Toute sacristie possède un meuble avec un petit placard au milieu, en forme de tabernacle? et des tiroirs larges et plats en bas.

Source

Saintes Écritures

Ensemble des livres inspirés par Dieu et recueillis dans la Bible? pour transmettre aux hommes sa Parole.

Source

Salière baptismale

Petit récipient généralement en forme de boîte à couvercle, servant à contenir le sel du baptême?. La salière baptismale? comporte habituellement un corps ou une doublure en verre.

Source

Sandale liturgique

Employé pour : sandales épiscopales, sandales pontificales
Terme générique : bas et chaussures liturgiques
Chaussures fermées, à talon plat, portées lors des messes pontificales par les prélats jouissant des privilèges pontificaux. Les sandales liturgiques sont en soie, de la couleur du temps liturgique, sauf le noir?, attachées par des lacets ou des rubans de soie souvent terminées par des pompons, dont la matière et la couleur varient, comme la décoration de la chaussure, selon la dignité du prélat?. Les sandales liturgiques sont portées avec des bas liturgiques?.

Source : Thésaurus, Objets religieux du culte catholique

Scapulaire

Objet de dévotion bénit, destiné à marquer une dévotion personnelle et à mettre son possesseur sous la protection du Christ, de la Vierge ou d’un saint. Le scapulaire?, généralement composé de deux petits morceaux d’étoffe ornés d’images pieuses et reliés par un cordon, est porté sous les vêtements, sur le dos et sur la poitrine. Son iconographie et sa couleur varient suivant l’ordre religieux (grand scapulaire) ou la confrérie (petit scapulaire) dont il provient.

Source

Séminaire

Lieu d’éducation et de formation catholique.
Établissement dans lequel les jeunes qui se préparent à devenir prêtre? reçoivent une formation en conséquence.

Source

Soeur

Titre porté par les femmes dans certains ordres religieux ou communautés religieuses.

Sonnette d’autel

Instrument sonore à percussion constitué de plusieurs clochettes en métal, généralement en bronze?, parfois dans une petite caisse à résonance et muni d’une poignée sur le dessus. La sonnette d’autel? est actionnée par le servant de messe? pour marquer certains moments importants d’un office.

Source : Thésaurus, Objets religieux du culte catholique

Sonnette d’autel

Instrument sonore à percussion constitué de plusieurs clochettes en métal, généralement en bronze?, parfois dans une petite caisse à résonance et muni d’une poignée sur le dessus. La sonnette d’autel? est actionnée par le servant de messe? pour marquer certains moments importants d’un office.

Source : Thésaurus, Objets religieux du culte catholique

Soutane

Longue robe boutonnée sur le devant, portée dans le choeur? lors des offices, sous les vêtements liturgiques, souvent avec une ceinture, par tous les clercs, par les enfants de choeur et parfois par certains chantres laïcs et bedeaux ; la soutane? est aussi portée par les clercs, en dehors des églises, comme vêtement ordinaire de dessus. La nature de l’étoffe de la soutane, sa couleur et celle de ses parements dépendent de l’état du clerc? qui la porte.
Elle est souvent noire pour le clergé inférieur, violette pour les évêques, rouge? pour les cardinaux, rouge ou blanche pour le pape?.

Source : Thésaurus, Objets religieux du culte catholique

Stalles

Les stalles? sont les sièges en bois qui se trouvent des deux côtés du choeur? d’une église et qui sont réservés aux membres du clergé.
Les stalles s’organisent sur deux niveaux pour respecter les deux grades du clergé : celles du haut sont pour les chanoines et celles du bas pour les bénéficiers (personnes jouissant d’un titre ecclésiastique).
Les stalles se composent de sièges amovibles et rabattables sous lesquels il y a un petit dispositif, appelé « miséricorde? », qui sert à s’appuyer dessus lorsqu’on est debout. Chaque siège est séparé de celui d’à coté par des parecloses surmontées par des accoudoirs. Aux extrémités des stalles se trouvent les jouées, ce sont des plaques ornementées. Enfin les stalles sont surmontées soit par un haut dossier soit par un baldaquin.
On retrouve toujours une ou deux stalles plus importantes qui étaient réservées à l’abbé? ou à l’évêque.
Au XIe siècle, on voit apparaître pour la première fois dans les textes la notion de « miséricorde ». Celle-ci se présente sous la forme d’un petit siège pliant. Tous les chanoines n’en possédaient pas une, elle devait être réservée aux plus âgés.

Source

Surplis

Le surplis?, du latin super pelliceum, c’est-à-dire qui se porte par dessus le pelliceum ou tunique de peau, est un vêtement liturgique catholique. Il s’agit d’une aube raccourcie s’arrêtant à la hauteur des genoux avec de larges manches. Pour les clercs ordonnés, il doit être en toile de lin.
Le surplis était, avant les réformes liturgiques des années 1960, le vêtement de choeur? commun de tous les clercs (en dehors des prélats et des évêques) et de ceux qui les remplacent (laïcs servants). Seul le prêtre?, le diacre? et le sous-diacre revêtant l’aube pour la messe?.

Source

  a