Glossaire

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Mot Définition
Pale

Linge sacré et bénit, empesé, de forme carrée, qui sert à recouvrir le calice? et la patène? utilisés pendant la messe?. La pale? est composée d’une ou deux pièces de tissu souvent renforcées à l’intérieur par un carton et généralement bordées d’une petite dentelle ou d’un galon. Le dessous doit être en tissu blanc?, de lin ou de chanvre ; le dessus, qui peut être en drap d’or, en drap d’argent ou en tissu de la couleur du temps liturgique, sauf le noir?, est généralement plus richement décoré et marqué d’un symbole christique.

Source : Thésaurus, Objets religieux du culte catholique

Pape

Le pape? est le chef suprême de l’Église catholique romaine.
Evêque? de Rome et donc, selon la tradition catholique, Pasteur de l’Eglise? universelle et Patriarche de l’Occident.
Le Pape est aussi chef de la Cité du Vatican.
Pour l’ensemble de ces fonctions, il est assisté d’une organisation appropriée, curie romaine et nonciature, apostolique (ambassade du Saint Siège auprès des pays étrangers).

Source

Pâques

Fête de la resurrection du Christ.

Parement d’autel

Élément de décor amovible, servant à couvrir la face, éventuellement les côtés et parfois le dos d’un autel?. La partie du parement d’autel placée devant la face s’appelle devant d’autel. Lorsqu’il s’agit d’une structure entièrement en tissu ou en matériau souple (cuir, papier, etc.), il prend le nom d’antépendium.

Source : Thésaurus, Objets religieux du culte catholique

Parvis

Un parvis? est l’espace ouvert devant le portail? ouest d’une église. Le terme vient de « paradis », car quand on se trouvait devant une église, on était plus proche du ciel.
Au Moyen Âge, la plupart des parvis étaient restreints et écrasés par l’église. Aux XIXe siècle et au XXe siècle, ils ont souvent été considérablement élargis afin d’offrir un recul suffisant à la personne désirant admirer la façade? du bâtiment.

Source

Patène

Il s’agit d’une petite assiette en métal doré, sur laquelle le prêtre?, lors de l’offertoire pendant l’Eucharistie?, pose l’hostie? qu’il va consacrer et qui va devenir le Corps du Christ.
Avant et après la messe?, la patène? est posée sur le calice?, si bien que patène et calice, désignés aussi vases sacrés, sont généralement réalisés par un même artisan. Avant leur première utilisation, les vases sacrés sont consacrés avec le Saint chrême?.Autrefois très richement décorées, les patènes tendent depuis la réforme liturgique des années 1960-1970 à devenir beaucoup plus épurées.

Source

Pavillon de ciboire

Pièce d’étoffe destinée à recouvrir un ciboire? ou un ciboire des malades, lorsqu’ils contiennent des hosties consacrées. Le pavillon de ciboire? est généralement en soie blanche, en drap d’argent ou en drap d’or, éventuellement en soie rouge? mais parfois aussi en tulle ou en dentelle. Il comporte généralement un décor et une ouverture centrale permettant le passage de la croix? ou du bouton du couvercle du ciboire.

Source

Pénitence

Le sacrement? de pénitence? est le sacrement de réconciliation ou confession des péchés à un prêtre? qui peut donner l’absolution, la rémission des péchés.

Pentecôte

Fête chrétienne célébrée le septième dimanche après Pâques? pour commémorer le don du Saint-Esprit aux apôtres. Fête juive (fête du don de la Torah) célébrée sept semaines après le second jour de Pâques.

Source

Père

Titre religieux porté par les prêtres réguliers et séculiers.

Perle

Motif d’ornementation formé de petits grains sphériques appliqués sur une moulure à profil convexe.

Source : Lexique des termes d’art, Jules Adeline, Guérin

Pilastre

Un pilastre? est un support carré terminé par une base et par un chapiteau?. À la différence d’un pilier, un pilastre n’est pas un élément porteur : c’est un ornement placé sur un mur porteur.

  • Les chapiteaux de pilastres sont de véritables chapiteaux de colonnes tracés sur un plan carré.
  • Pilier engagé, colonne? plate engagée dans un mur ou en support et formant de légères saillies.
  • Pilastre en gaine, profil plus étroit de la base au sommet.
  • Ornement de boiseries, de mobilier, figurant un pilastre architectural.
  • Montant ajouré, placé de distance en distance dans les travées d’une barrière de balcon.
  • Premier poteau placé au bas d’une rampe d’escalier monumental, terminé par un pommeau.

Source

Pinacle

Le pinacle? est la partie la plus élevée d’un édifice (synonyme de faîte). Par exemple, dans la Bible?, le "pinacle du Temple" est le faîte du Temple de Jérusalem.
En architecture gothique le pinacle est un petit ouvrage en plomb ou en pierre, de forme pyramidale ou conique, souvent ajouré et orné de fleurons, servant de couronnement à un contrefort. Décoratif, il ajoute aussi son poids à celui du contrefort qui retient la poussée de l’arc-boutant

Source

Plat de quête

Plat, assiette ou bassin, souvent en métal, utilisé pour faire la quête. Il peut comporter au centre un petit support saillant permettant de fixer un élément dont l’iconographie est en relation avec l’objet de la quête (âmes du purgatoire, etc.).
Il peut comporter des cloisons pour séparer le produit des différentes quêtes.

Source : Thésaurus, Objets religieux de culte catholique

Poinçon

Le poinçon? est une pièce qui à pour fonction de laisser une marque sur une autre pièce (pointeau), ou même de la découper (poinçonneuse : tôle, ticket de métro …).

  • Le terme poinçon peut désigner un outil ayant la forme d’une tige.
  • En découpage, la partie qui découpe la tôle s’appelle un poinçon.
  • En bijouterie et en orfèvrerie?, le poinçon est un outil permettant de marquer les bijoux et les objets afin ou bien de certifier les teneurs des différents métaux, ou bien de désigner la maison ayant produit la pièce.

Le poinçon est alors également la marque laissée. Une pièce de joaillerie ou bijouterie aura donc deux poinçons : la marque du joaillier ou bijoutier, le titrage du métal (par exemple : Or 18 carrats). Expressément, le terme "poinçon" désigne aussi bien la tige d’acier servant à imprimer un signe, une marque, un décor ou un dessin dans le métal, que l’empreinte elle-même sur l’ouvrage. Les poinçons officiels sont insculpés par des essayeurs-jurés sur les ouvrages qu’ils ont contrôlés et dont le titre a été trouvé conforme. En d’autres termes, le poinçon officiel est la garantie officielle du titre par l’Etat. Le poinçon officiel Suisse, par exemple "tête de saint-bernard" est fabriqué (une matrice) au Bureau central du contrôle des métaux précieux à Berne. En Suisse, chaque boîte en métal précieux passe au contrôle officiel. Elle y est analysée, frappée du poinçon de titre, des poinçons de contrôle suisse (tête de chien) et européen (balance) et est accompagnée d’un certificat d’analyse du bureau central du contrôle des métaux précieux. L’acte de frapper un poinçon est compris comme poinçonnage.

Source

Porcelaine

La porcelaine? est une céramique? fine et translucide produite à partir du kaolin.

Le terme « porcelaine » vient du coquillage éponyme de la famille des cypraea. Lorsque les Italiens ramenèrent la porcelaine de Chine au XVe siècle, ils crurent qu’elle était faite de ce type de coquillage broyé, et le nommèrent donc ’porcellana’, porcelaine en italien. Ehrenfried Walther von Tschirnhauss et Johann Friedrich Böttger ont trouvé la façon de la faire en 1708 alors qu’ils travaillaient pour la manufacture de eissen en Allemagne. Les premiers échantillons de kaolin furent introduits en France par le Père? d’Entrecolle en 1712. Enfin bien plus tard en 1765, on découvre les gisements de kaolin à Saint-Yrieix-la-Perche au sud de Limoges, ce qui permettra enfin de créer en France la porcelaine chinoise.

Les techniques de fabrication de la porcelaine atteignent leur perfection en Chine au XIIe siècle. Les Britanniques, pour porcelaine, disent d’ailleurs China ou Bone china pour désigner une porcelaine plus endre en vigueur au Royaume-Uni. La porcelaine de Limoges (France), mondialement connue depuis le XVIIIe siècle faisait partie des porcelaines les plus fines et les plus réputées. Citons aussi les porcelaines allemandes et polonaises. La porcelaine fait partie des arts du feu.

Source

Portail

Porte monumentale intégrée dans une façade?.

Prélat

Haut dignitaire nommé par le pape?. C’est une dignité conférée soit à des prêtres exerçant une fonction effective auprès du pape, soit à d’autres prêtres incorporés d’une manière purement honorifique à la "maison pontificale".

Source

Presbytère

Résidence du prêtre? dans une paroisse

Prêtre

C’est le nom d’un clerc? ayant reçu la prêtrise. Selon le Pontifical, le prêtre? est celui « qui offre le sacrifice eucharistique et qui distribue aux fidèles les grâces divines par l’administration des sacrements. »
Au moment de l’ordination?, il ne contracte pas d’engagement spécial puisqu’il s’est engagé au célibat et à la récitation de l’office au moment du sous-diaconat et du diaconat depuis 1972 ; il fait une promesse d’obéissance à l’évêque.

Source : Dictionnaire des arts liturgiques XIXe - XXe siècle, Bernard Berthod, Élisabeth Hardouin-Fugier, les éditions de l’amateur

Prévôt

Nom donné au supérieur de certaines communautés religieuses.
C’est aussi la première dignité dans le cas du chapitre d’une cathédrale.

Source

Prie-Dieu

Meuble destiné à la prière à genoux. Il est composé d’une partie formant accoudoir, repose-livre ou pupitre (prie-Dieu? à pupitre) et généralement d’un agenouilloir?, parfois mobile. Le prie-Dieu peut en outre comporter une étagère, une petite armoire ou des tiroirs placés le plus souvent sous le pupitre ou sous l’accoudoir ou, plus rarement, au-dessus (prie-Dieu à armoire, prie-Dieu commode). Il peut être recouvert d’une tenture de prie-Dieu et d’un coussin de prie-Dieu.

Source

Pupitre d’autel

Support incliné, en bois ou en métal, parfois pliant, où l’on pose un livre liturgique.

Source

Pupitre-thabor

upitre d’autel? dont le plan incliné peut se rabattre pour former un thabor?.

Source

Purificatoire

Linge blanc?, généralement rectangulaire, en lin ou en chanvre, destiné à essuyer le calice? ainsi que les lèvres et les doigts du prêtre? célébrant. Il porte une petite croix? brodée au centre et peut avoir une bordure de dentelle ou de broderie.

Source

Pyxide

Vase sacré utilisé pour la conservation des hosties consacrées dans le tabernacle? et leur distribution lors de la communion. Habituellement en métal précieux, elle est constituée d’une coupe, dont l’intérieur est toujours doré, munie d’un couvercle emboîtant surmonté d’une petite croix? ou d’un symbole religieux (sphère, pélican, etc.).
Le terme pyxide? provient du grec pyxis et désigne un coffret. La pyxide a le même usage que le ciboire?, qui va la supplanter à partir de la fin du Moyen Age.

Source

Pyxide des malades-chrismatoire

Ciboire? des malades en forme de pyxide?, maintenue ou vissée sur un coffret aux saintes huiles contenant une ampoule à huile des malades, et avec lequel elle forme un ensemble.

Source

  a