Glossaire

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Mot Définition
Fac-similé

Emprunté de la locution latine fac simile, signifiant proprement « fais une chose semblable ».
Reproduction exacte, imprimée, gravée, photographiée, etc., d’un document écrit, d’un dessin, d’un tableau.

Source

Façade

Surface extérieure d’un édifice.
Se dit surtout de la face principale, de celle qui est le plus en vue, la plus richement ornementée, où se trouve la principale entrée.

Source : Lexique des termes d’art, Jules Adeline, Guérin

Faïence

La faïence? est une forme de céramique à base d’argile, recouverte d’une glaçure (ou émail) à base d’étain qui lui donne son aspect bien particulier (blanc? et brillant). La faïence est l’une des plus communes et des plus anciennes de toutes les techniques utilisées en céramique. Il ne faut pas confondre la faïence qui désigne une famille bien précise de céramique, avec la poterie, terme générique, ou encore la porcelaine, autre famille de céramique? généralement recouverte d’un émail blanc.

Source

Fenestrage

Disposition générale des fenêtres dans un édifice. Se dit d’une rangée de fenêtres très rapprochées l’une de l’autre.

Source : Lexique des termes d’art, Jules Adeline, Guérin

Fête-Dieu

Solennité religieuse en l’honneur du Saint Sacrement, célébration du corps et du sang du Christ au cours de laquelle une hostie? consacrée est placée dans un reliquaire? appelé ostensoir, en vue de la prière d’adoration des fidèles.

Source

Flèche

En architecture, une flèche? est la partie d’édifice pointue qui surmonte sa partie haute globale.

Source

Fleuron

Ornement en forme de fleur. Les fleurons d’une couronne. Une balustrade décorée de fleurons. Les fleurons d’une reliure.
Ornement que l’on met quelquefois dans un en-tête, ou à la fin des divisions d’un ouvrage, et qui autrefois représentait ordinairement des fleurs.
Au figuré : C’est le plus beau fleuron? de sa couronne, un des plus beaux fleurons de sa couronne, se disait d’une des principales prérogatives d’un prince, d’un de ses plus grands revenus, d’une de ses plus belles provinces. Aujourd’hui par extension, ce qu’une personne possède de plus précieux, de plus remarquable. Ce tableau est le plus beau fleuron de sa collection.

Source

Fonts baptismaux

Les fonts baptismaux? sont un article de mobilier utilisé pour le baptême? des enfants et des adultes. Ils servent typiquement aux baptêmes par aspersion. Les fonts les plus simples ont un pilier de 1,5 m avec un support pour un bassin d’eau. Les matériaux taillés et sculptés varient considérablement, allant du marbre au métal ou au bois.

Le baptême dans les fonts baptismaux est habituellement fait par aspersion, versement et trempement, comme dans le verbe grec qui peut aussi signifier immerger. Cependant, seuls certains fonts baptismaux sont assez grands pour permettre l’immersion totale de l’enfant. Les premiers fonts baptismaux étaient construits pour l’immersion entière, mais ils sont devenus plus petits lorsque le baptême des enfants est devenu plus courant.

La majorité des Églises chrétiennes utilisent de l’eau bénite pour remplir les fonts. Une vaisselle spéciale d’argent, appelée une aiguière, peut être utilisée pour remplir les fonts. Dans plusieurs Églises orientales, l’eau bénite est consacrée une fois par année dans les fonts baptismaux pendant la fête de Téophanie.

Source

Frère

Titre porté par les hommes dans certains ordres religieux.

Frise

Une frise? est une bande horizontale dont la vocation est de recevoir un décor.
La frise peut, selon les cas, longer un mur, une cheminée, un chambranle, courir sur un meuble.
On parle également de frise pour un motif de papier peint ou de carrelage.

Dans l’architecture classique, une frise est (dans les ordres classiques) un élément de l’entablement compris entre l’architrave et la corniche. Il s’agit d’une moulure plate horizontale qui peut recevoir un décor.

  • Dans l’ordre toscan, elle est rarement décorée. On parle de « frise nue ».
  • Dans l’ordre dorique, elle est composée de petits tableaux (les métopes) régulièrement divisés par un triglyphe (axés sur les colonnes).
  • Dans l’odre ionique, la frise peut être bombée (en particulier chez les maniéristes).
  • Dans l’ordre corinthien, la frise peut également être bombée.
  • Dans l’ordre composite, elle est jointe au listel de l’architrave par un congé.

Source

  a